Comptabilité américaine : tableau des flux de trésorerie

Les États-Unis sont les premiers à exiger que soit établi un tableau des flux de trésorerie depuis la publication du SFAS 95, en 1987. On a constaté ensuite une accélération de la tendance sur le plan international où un intérêt particulier est plus accordé aux flux monétaires qu’aux fonds de roulement.

Les éléments constitutifs de la trésorerie

Dans la trésorerie, on trouve les liquidités, ou du cash, et les équivalents de liquidités qu’on appelle « cash équivalents ». Le classement des flux monétaires est réalisé en fonction du type d’activité à la base de leur naissance. Il existe ainsi les flux d’exploitation, d’investissement et de financement. La présentation des flux d’exploitation peut être faite en utilisant la méthode directe ou indirecte. Du côté du FASB, on encourage l’application de la méthode directe. Toutefois après un examen réalisé par l’édition 1994 de « Accounting Trends and Techniques » de MCPA, on constate que la plupart des sociétés optent pour la méthode indirecte. Toujours est-il que quelle que soit la méthode préférée, c’est une exigence de présenter un état de rapprochement du résultat net avec les flux monétaires d’exploitation.

Si on s’en tient aux US GAAP, c’est sous la rubrique « activités d’exploitation » qu’on présente les intérêts payés, et ce même s’ils sont issus d’opérations de financement et même si les dividendes payés font partir des activités de financement. On considère comme des flux d’investissements, et non d’exploitation, les encaissements résultant de la vente d’immobilisations.

État de variation des capitaux propres

À travers l’état de variation des capitaux propres, on fait un récapitulatif des changements intervenus au sein des comptes de fonds propres durant l’exercice. Grâce à cette démarche plusieurs informations peuvent donc être connues facilement comme les augmentations de capital et les primes provenant de l’émission d’actions nouvelles, les variations résultant de la conversion des comptes en monnaie étrangère et les variations des réserves résultant de gains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *