Comptabilité américaine : rapport de gestion des dirigeants

Le rapport annuel des sociétés cotées doit comporter un rapport des dirigeants sur la situation financière et les résultats de l’entreprise, une exigence de la SEC. Ce rapport est dénommé MD&A (Management Discussion and Analysais). À travers ce rapport, la direction a la possibilité de compléter les états financiers selon sa propre vision des événements de l’exercice et de l’évolution future de l’entreprise. Trois aspects sont concernés par ce rapport de gestion à savoir la liquidité, le financement et les résultats de l’activité.

Informations relatives aux comptes

Il est exigé par la norme SFAS 14 qu’une information détaillée soit fournie à propos des opérations de l’entreprise réalisées dans différents domaines d’activité ainsi que sur ses opérations à l’étranger, ses exportations et ses clients principaux. L’objectif est de faire en sorte que la relation risque rentabilité soit plus visible. Les revenus, le résultat, les actifs identifiables, les dépenses d’investissements et la charge d’amortissement doivent être mentionnés pour chaque secteur d’activité. À l’aide du « test des 10 % », on parvient à faire le découpage en secteurs d’activité. Une information séparée doit être donnée pour chaque secteur d’activité au cas où ses revenus, son résultat d’exploitation ou ses actifs représentent plus de 10 % du total consolidé. Le test des 10 % est appliqué uniquement aux revenus et actifs pour les opérations réalisées à l’étranger.

Informations relatives aux instruments financiers

Il est recommandé de fournir une information pour les instruments financiers présentant des risques de pertes comptables non comptabilisés au bilan. Dans celle-ci, il est nécessaire d’indiquer le montant nominal, contractuel, ou notionnel du principal, une description des risques de marché et de crédit, les caractéristiques de l’instrument et les méthodes comptables utilisées. Une telle information est souhaitée pour les instruments financiers dérivés qui ne présentent pas de risque de pertes. Quant aux instruments comportant un risque de crédit, il est exigé aux sociétés d’indiquer le montant de la perte comptable pouvant être encourue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *